présence 9

2007 – série en cours – 30 x 30 cm – impression jet d’encre

Pendant un an j’ai pris le train matin et soir sur le trajet Compiègne-Paris. J’ai regardé latéralement les variations de paysages, de lumières, de graphismes. J’ai regardé cela à travers des vitres plus ou moins transparentes qui en déformaient la vision, les complexifiaient par des reflets parasites.
Parallèlement j’ai regardé mes voisins d’infortune (il ne s’agissait pas d’un voyage de loisir, on allait au travail) pour qui la fenêtre ne semblait pas exister, car, manifestement, ils ne regardaient pas à l’extérieur mais se livraient à d’autres activités bien plus prosaïques.

A partir d’un trajet répétitif et de courte distance, c’est à dire l’antithèse même du voyage, deux voyages se sont superposés : mon voyage à l’extérieur du train et le voyage des autres passagers, chacun avec son propre espace physique et mental, son propre temps.

Millefeuille – D’abord des clichés : des vitres et des traces (prises à la dérobée et en gros plan) des diverses activités des passagers. Ces deux types de clichés ont été associés par superposition. Double déplacement : circuler entre deux univers intimes, passer d’une vision en travelling latéral à une circulation en profondeur dans le plan.

dossier téléchargeable en pdf

 

déplacement 1.01

déplacement 1.02

déplacement 1.03

déplacement 1.04

déplacement 1.05

déplacement 1.07

déplacement 1.08