boîte 1

01

 


Bonjour

J’avoue c’est encore moi qui a découpé la boite à lettres avec ma pince coupante. Je n’ai pas pu arrivé à mettre le paquet que le facteur m’a confié pour vous le remettre à votre retour. Je m’excuse un peu de l’avoir fait mais dans un sens une ouverture comme ça c’est plus pratique. J’avais mi votre paquet dedans hier pensant que vous rentrerez le soir mais en allant chercher mon pain à 10 heures j’ai vu qui y était plus. Comme vous etes toujours absente quelqu’un a du le piquer. Croyez le ça m’embête de le dire mais commander des sous vêtements d’homme à la Redoute quand on sait qu’on ne sera pas là à la livraison du colis faut pas avoir grand chose dans le ciboulo. Même sil sagit de grandes tailles ça peut intéresser quelqu’un surtout quand la tendance actuelle est à l’obésité (moi par ex. je pése 145 kg avec un tour de taille de 87). La Voisine du 15 ème étage m’a dit que vous étes partis faire les soldes à Paris. Vous seriez ma fille je vous enguelerai sacrément.

Signé Votre dévoué Madame Groseille du 17 éme. étage

boîte 13

01

 


Mon petit chéri, merci d’être passé pour me consoler après que Raymond ait fait exploser le sac à poussières de l’aspirateur en voulant le réparer. Cette fois c’est ma boite à lettres qui a changé decouleur.Tu te souviens de sa belle couleur jaune doré. Eh bien figure-toi que le Raymond qui se prétend aussi bon bricoleur qu’amant a décidé de ramoner ma cheminée (du salon).

Tu verras le résultat par toi-même. Un désastre! Après ce xième coup qu’il m’a fait j’ai définitivement rompu et l’ai fichu dehors!
Mais depuis je me sens abattue, désemparée. Alors si tu voulais bien venir me repeindre ma boite, tu serais vraiment mignon.

Ne tarde pas. Lulu qui…

boîte 14

01

 


Mon très cher Gérard,

Je ne dors plus.

Je ne sais comment t’annoncer cette nouvelle désastreuse. Désastreuse pour toi, pour notre amitié.
Je préfère t’envoyer ce courrier, pour sans doute, soulager ma conscience, en attendant ton retour du Danemark. Pour essayer de retrouver le sommeil à nouveau.
Je sais à quel point tu m’as fait confiance, et à quel point je la trahie bêtement.
S’il te plaît, ne m’en veut pas.
J’ai essayé de le sauver, j’ai tout tenter mais rien n’a pu le ramener.
Gipsy est décédé hier matin, rue Rothschild.
Je suis profondément désolée.
Je sais aussi à quel point ce dalmatien était toute ta vie.
C’est arrivé tellement vite.
Il s’est détaché de sa laisse alors que je le promenais.
Je l’ai peut être moi même détaché, par erreur, mais je ne m’en souviens plus. Oui, Gérard, je sais très bien ce que tu m’avais ordonné! Ne jamais le laisser sans sa laisse!

Je ne me souviens plus.
Il a été écrasé par le piano de la maison Deuville, au 54. Ils déménageaient.
Je comprends ce déchirement dans ta poitrine en lisant ces mots, mais je ne puis me taire plus longtemps.
J’attends ton retour dans 4 semaines pour te donner plus d’éléments de cette tragique disparition.

Je t’embrasse néanmoins et je pense très fort à toi dans ce moment si pénible.
Pour ma part, mis à part mes problèmes de conscience, je vais bien, ne t’inquiète pas pour moi. Je n’ai rien eu.

Bien à toi.

Ta fidèle amie Anita.

boîte 17

01


Salut Robert
Comme t’as une boite aussi défoncée que toi
je t’écris en (langue) ovni
C’est à propos de ta Zizouille qui m’a trop énervé

jélui égluméré toute ma vélure sur son escudet
époxydé un blaime
jé ausbi entolé sa bersute et sa vercasse
escafourré son piot orifugéne
emplibondi un’e eunormale curvoïde
rabouillé ses phallonges et ses hémisfoles
parmouzé sa pignolette
voyu son susuque
décuité sa tornouille
beurniflé son espougnette
rebouqué sa roplure
encributé ses tartopouilles
ransoti ses mormucs
antroupi sa vergonze
étrampillé sa fofonette
escabullé sa rebonge
et ça ne s’est pas arrêté là mais je fais bref
Après ça je lui ai offert une boite de chocolats
bu une mort subite pour récupérer et me suis cassé
A ton avis j’ai bien fait ?

S’il y a un mot que tu ne parviens pas à traduire envoie-moi un SMS

boîte 25

25

 


A Monsieur et Madame ON

Comme je n’ai pas osé sonner je vous écris ce petit mot.
Vous dites que « vous êtes là » donc toujours là mais je ne sais pas comment vous faites pour rester dans un taudis pareil. Et si vous ne sortez jamais ni le jour ni la nuit été comme hiver c’est que vous devez regarder tout le temps la télé et que vous devez être ravitaillés par les pigeons voyageurs. J’en ai vu d’ailleurs une dizaine sur l’appui de fenêtre du premier étage qui ne se gêne pas de vous chier dessus quand vous oubliez de changer de trottoir. Quoi qu’il en soit ce n’est pas une vie de ne jamais mettre le nez dehors et je vous plains sincèrement.

Quand donc allez-vous partir?

Un Voisin Anonyme

boîte 26

25

 


Á l’attention de Monsieur le Syndic de l’Immeuble « LES MATHIFOLADES » sis au 26, rue Lewis Carroll

Monsieur,

Je me présente : Yann BURIDAN, préposé à la distribution du courrier de la Rue Carroll et j’ai quelques remarques à vous faire concernant la disposition des boîtes aux lettres de l’immeuble dont vous avez la responsabilité.
Tout d’abord, la diversification de l’utilisation des boîtes ne me semble pas très réglementaire. Vos prétendez disposer une boîte donnant dans la rue « réservée à la publicité » et des boîtes « sous le porche intérieur pour le courrier postal ». Mais n’est-ce pas détourner le matériel normalisé par les soins de La Poste à des fins profanes, c’est-à-dire aptes à recevoir la publicité non distribuée par les services postaux ?
D’autre part pensez-vous qu’un facteur, agent recruté et formé pour une tâche spécifique, doive jouer à une sorte de jeu de piste afin de distribuer correctement ce qui lui échoit de distribuer ? Il n’entre pas dans nos obligations de service d’aller déchiffrer ce que des résidents peu soucieux des fatigues inhérentes à notre métier, décideront d’apposer sur leurs boîtes.
Vous allez sans doute me rétorquer que la boîte extérieure destinée à la publicité est en fait un moyen de faciliter notre travail de postier en empêchant l’engorgement des boîtes par toutes sortes de dépliants. Mais vous êtes-vous demandé quelles seraient les réactions d’un malheureux facteur distrait qui glisserait par inadvertance une facture, une convocation, voire un chéquier ou une carte bleue dans la boîte extérieure au risque de voir ce document important finir à la déchetterie au milieu du fatras de prospectus sans importance ? Je vous le dis tout net, ma conscience professionnelle ne me permettrait pas de survivre à une telle erreur. Et, ne croyez-vous pas qu’il serait cruel de rajouter aux tribulations de travailleurs déjà durement éprouvés par tous les chambardements de ces derniers temps ?
Mais, la pire conséquence de votre décision irréfléchie c’est de tourner le dos à la logique la plus élémentaire et de plonger le malheureux facteur dans des abîmes de perplexité. Je m’explique. Il n’est pas nécessaire d’être agrégé ès logique pour comprendre où se situe la faille dans votre système arbitraire de répartition du courrier. Vous rangez ainsi en deux ensembles disjoints « les publicités » d’une part et « le courrier postal » d’autre part. Avez-vous oublié que nous sommes amenés à distribuer des messages publicitaires mis sous enveloppe cachetée ?
Supposons que je doive vous remettre (sous pli cacheté naturellement) tel catalogue de petites gourmandises, ceci n’étant qu’hypothèse d’école bien entendu. Que dois-je faire ? Le document à transmettre est, sans conteste un « courrier postal » et ne peut donc être mis dans la boîte extérieure. Mais c’est aussi de la publicité et je ne l’ignorerai pas puisque l’enveloppe sera oblitérée à un tarif préférentiel et portera une marque distinctive. Par conséquent je ne pourrai pas la glisser dans votre boîte sous le porche…
Vous l’avez compris : mission impossible pour moi.
Monsieur, étant à quelques mois d’une retraite bien méritée, je tiens à continuer d’exercer ma profession dans la sérénité. Aussi je vous saurai gré de réfléchir à une solution à cet épineux problème. Je vous prie toutefois de ne pas rajouter une troisième boîte pour le « courrier postal à caractère publicitaire ». Là, ce serait tomber de Charybde en Scylla !
En espérant une heureuse issue à mes doléances, je vous souhaite le bonsoir. La nuit porte conseil, dit-on…

Yann BURIDAN

boîte 27

25

 


Bonjour Henri,

Comme je n’ai pas osé te déranger, j’ai déposé ce mot dans ce que je crois être ta boite à lettres (le n°700 c’est bien toi ?).
Je ne sais pas si tu as l’intention de la remplacer mais je t’y engage. La consolider ne sert plus à grand chose. Mais ce n’est pas pour cela que je t’écris.
En fait, je m’inquiète pour ta santé qui, m’a-t-on dit, est à l’image de ta boite à lettres (certains font des comparaisons un peu osées) mais passons… Ils ne m’ont d’ailleurs pas précisé s’il s’agissait de ta santé physique, mentale ou les deux ?
Tu aurais confié à quelqu’un rencontré au rayon des surgelés de la supérette qui ne t’avait pas vu depuis plus d’un mois « que l’ascenseur était en panne et comme tu habitais au 700 ème étage… La réponse l’a laissé un peu dubitatif car il lui semblait que tu ne plaisantais pas ?!
Il est vrai que tu rases les murs même quand il n’y en a pas et que tu sors revêtu d’une burka (c’est un voisin qui t’a reconnu).
On t’aurait même vu monter dans une poussette tiré par un labrador. Mais celui qui fait courir ce bruit est un parfait plaisantin.
Pour m’assurer que tu te portes bien, je t’invite donc dimanche prochain (le 17 janvier) au pic-nique qu’organise au pied de notre immeuble démoli l’année dernière les anciens locataires (ceux de l’entrée 11).
Habille-toi chaudement.
J’espère que ce mot va te parvenir. J’ai hésité à le glisser derrière la plaque de carton au fond de la boite mais comme je ne sais pas si c’est une planque pour qu’on ne pique pas tes lettres je m’en suis dispensé.
N’oublie pas de venir en habits civils. Je serais très heureux de te revoir cher Henri.

Ton pote,
Edouard Langelet

boîte 41

36

 


Mes bons Amis,

Nous sommes si occupés que nous oublions de remplir nos obligations. Nous avons accumulé beaucoup de retard et pas mal de factures (qui représentent 98% du courrier que nous avons reçu en 2010 soit 16% de plus qu’en 2009).
Ma femme n’a plus toute sa tête depuis qu’elle est tombée en pleine rue et risque de la perdre définitivement à tout moment. Je dis cela parce que la semaine dernière nous étions invité chez les Dubourre que nous avions beaucoup fréquentés autrefois quand nous habitions sur le même palier et que nous ne voyons que très rarement à présent qu’ils ont déménagé au rez de chaussée de l’immeuble, hé bien elle a oublié de m’en faire part.
Ce n’est qu’en descendant la poubelle et les verres au container qu’elle s’en est souvenue.
J’ai prétexté que nous nous étions endormis pendant la messe sur Fr3 . Pour que cela soit tout-à-fait crédible je leur ai dit que quand nous nous sommes réveillés, ils devaient en être au dessert et que nous ne voulions pas paraître indélicat en débarquant au moment du dessert.
A la suite de cet incident, on s’est dit qu’il fallait songer à envoyer nos cartes de Voeux. Ma femme qui (je crois vous l’avoir dit précédemment) perd la tête a envoyé les cartes de l’année 2010 que nous n’avions pas toutes écoulées. Alors on va profiter de l’invitation à une fête que nous organisons pour nos noces de papier la semaine prochaine (le 15 mars) pour y joindre la carte de Voeux 2011.
Ceci dit les scènes de ménage avec ma femme sont de plus en plus fréquentes liées au fait qu’Anita perd fréquemment la tête (c’est peu dire) et l’appartement est régulièrement dévasté. Le canapé du salon a reçu la veille de Noël, trois coups de couteau et le palmier a été massacré à coups de taille haies (un héritage de mon père). J’ai recousu le canapé (dix points de suture) cet après-midi mais je n’ai rien pu faire pour le palmier, pendant qu’Anita regardait Vivement Dimanche pour se calmer. (Cela ne fut pas le cas car Drucker recevait le Ministre de la Santé).
Heureusement nos querelles (qui dérangent de plus en plus nos voisins) se terminent par de torrides effusions (ce qui énervent aussi nos voisins).
Nous allons donc devoir choisir dans les prochains jours entre déménager et divorcer (peut-être les deux?). On hésite encore, on décidera après la fête mais dites-nous ce que vous en pensez.

Avec nos meilleurs Voeux pour le restant de l’année.

Fernand (et Anita).

N.B.: en fait notre anniversaire de mariage est le 15 juin vient de me dire Anita. On a donc encore un peu de temps pour envoyer les invitations

boîte 45

36

 


Monsieur

Notre préposé nous a informé que votre boite à lettres n’était plus en conformité avec les normes actuelles.
En effet, nous vous rappelons qu’il n’est pas autorisé d’engazonner les boites, d’y créer des murs végétaux, d’y introduire des animaux et de manière générale de l’utiliser à d’autres fins que ce pour quoi elle est destinée : la réception du courrier, des journaux périodiques catalogues divers et variés.
Peut-être n’avez-vous pas pris non plus la mesure des difficultés auxquelles vous allez devoir faire face pour la tondre. En effet, il n’existe à notre connaissance aucune tondeuse qui puisse y être introduite et en conséquence la coupe du gazon devra s’effectuer avec une paire de ciseaux, ce qui à la longue s’avérerait particulièrement fastidieux.
Quant aux animaux, vous n’êtes pas sans ignorer le problème lié à leur présence. La nuisance provoquée par leurs déjections quotidiennes sur le courrier (taches, mauvaises odeurs) vous deviendrait insupportable. De plus notre facteur risquerait aussi de mettre les doigts dedans et nous serions contraints de prévenir les services vétérinaires en raison du manque d’hygiène.

Nous espérons, Cher Monsieur, vous avoir convaincu de remettre votre boite aux normes pour nous éviter d’engager des poursuites à votre encontre.
Vous remerciant de votre compréhension, et avec nos salutations …..

La Direction des Postes.

boîte 46

36

 


Madame,

En dehors des boites à lettres réservées au « courrier » (comme stipulé sur votre boite) nous ne sommes pas en mesure de vous fournir une boite destinées aux publicités mensongères
aux lettres d’injures, de menaces de mort ou aux lettres anonymes…Ni celle qui serait spécifique aux lettres handicapées (…écrites avec la bouche, les pieds ou les yeux, avec des déchirures, coins pliés, timbre arraché, adresse illisible, phrases ou mots manquants).

Avec nos regrets

le Chef de service,